Sélectionner une page

LE LABEL

Syllart Records est un label de musiques africaines et afro-latines basé à Paris et fondé en 1978 par Ibrahima Sylla (1956-2013).

Label Indépendant et actif depuis plus de 35 ans, Syllart recouvre un vaste catalogue de productions et publishing de musiques africaines populaires des années 60 jusqu’à nos jours. Son rôle est déterminant dans le lancement et la popularisation de genres musicaux comme le soukouss, le mbalax ou le zouk mandingue notamment. À la tete du label  , Binetou Sylla continue à faire contribuer au succès de nouvelles musiques populaires africaines, en faisant le lien entre les diasporas africaines et le continent , tout en valorisant les patrimoines musicaux populaires, ADN de Syllart.

IBRAHIMA SYLLA

L’aventure Syllart démarre à l’initiative d’un jeune producteur sénégalais Ibrahima Sylla passionné de musiques cubaines qui s’installe à Paris en 1974.

En 1978, Ibrahima Sylla ouvre rue de Rocroy à Paris Kubaney Music un petit magasin de disque, lieu de rencontres de la jeune diaspora africaine qui devient très vite le laboratoire de ses futures productions3. À Dakar, en 1978, il monte son premier label sous le nom de « Jambaar » (guerriers en wolof) qui deviendra en 1981 Syllart Records, puis Syllart Productions. Il produit l’Orchestra Baobab dans lequel joue Thione Seck et l’Étoile de Dakar, où brille déjà un certain Youssou N’Dour. En 1986, le label obtient son premier grand succès international avec l’album Soro de Salif Keita, prototype d’un genre afro pop en gestation.

Des années 1980 aux années 2000, les productions et les découvertes s’enchainent parmi lesquels Ismael Lo, Baba Maal, Oumou Sangaré, Alpha Blondy, Sékouba Bambino, Pépé Kallé , Africando ou Mbilia Bel.

L’aventure Syllart démarre à l’initiative d’un jeune producteur sénégalais Ibrahima Sylla passionné de musiques cubaines qui s’installe à Paris en 1974.

En 1978, Ibrahima Sylla ouvre rue de Rocroy à Paris Kubaney Music un petit magasin de disque, lieu de rencontres de la jeune diaspora africaine qui devient très vite le laboratoire de ses futures productions3. À Dakar, en 1978, il monte son premier label sous le nom de « Jambaar » (guerriers en wolof) qui deviendra en 1981 Syllart Records, puis Syllart Productions. Il produit l’Orchestra Baobab dans lequel joue Thione Seck et l’Étoile de Dakar, où brille déjà un certain Youssou N’Dour. En 1986, le label obtient son premier grand succès international avec l’album Soro de Salif Keita, prototype d’un genre afro pop en gestation.

Des années 1980 aux années 2000, les productions et les découvertes s’enchainent parmi lesquels Ismael Lo, Baba Maal, Oumou Sangaré, Alpha Blondy, Sékouba Bambino, Pépé Kallé , Africando ou Mbilia Bel.

BINETOU SYLLA

À 29 ans, Binetou Sylla, sa mère Tapa Sylla et sa fratrie sont à la tête du label indépendant depuis 2013.
Binetou Sylla s’est engagée dans le travail  de digitalisation et de revalorisation des catalogues anciens face aux nouveaux enjeux de l’industrie de la musique.
Tout en continuant à produire des artistes phares du label, elle a initié une ouverture sur les artistes afro-descandants et sur les musiques plus actuelles et urbaines comme avec son projet Afrodias’ Généragion Enjaillement.
Elle s’attache à promouvoir les acteurs africains locaux et à mettre en lumière la richesse des musiques afros et africaines, notamment avec la production et la présentation de son émission La Playlist de Binetou en collaboration avec le journal Le Monde ou encore l’organisation de soirées live/Dj à Paris.